Fort ouvert du mardi au dimanche. Fermé le lundi

Elliott Erwitt. Retrospective

A partir du samedi 11 juin jusqu’au 13 novembre 2016 le Fort de Bard présente l’exposition Elliott Erwitt – Retrospective. Réalisée par l’Associazione Forte di Bard en collaboration avec Magnum Photos International Paris, l’exposition présente un nouveau projet de retrospective sur l’imposante production de Elliott Erwitt, l’un des plus grands protagonistes de la photographie de notre temps.

Les images ont été sélectionnés parmi les plus signifiants et iconiques de son immense production et racontent la période qui va du 1948 au 2005. L’exposition est réalisée sous la direction de Andréa Holzherr, Global Exhibitions Director, Magnum Photos Paris, et Gabriele Accornero, Ceo de l’Associazione Forte di Bard. Dans les salles des Caves seront exposées 137 photos qui vont du 1948, année de la photo Vue de New York, USA, jusq’au 2005.
Les sections qui composent l’exposition sont neuf, avec photos en blanc et noir et à couleur: Beaches, Cities, Abstractions, Museums Watching, Dogs, Between the Sexes, Regarding Women, Kids, Personalities.
Dans l’exposition est présent aussi une vidéo qui propose une interview au photographe réalisée en exclusive pour le Fort de Bard dans son étude de New York.

Né à Paris en 1928 dans une famille russe d’origine juive, Elliott Erwitt passe son enfance en Italie et déménage définitivement aux Etats-Unis en 1939, avant tout à New York et à Los Angeles à suivre, où il étudie photographie et cinéma. Après avoir prêté son service comme photographe de l’Armée Américaine en France et en Allemagne, il commence sa carrière comme photographe free-lance. Dans le 1953 il commence sa collaboration avec l’historique agence Magnum – fondée à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale par un groupe de photographes tels que Henri Cartier-Bresson et Robert Capa -, de laquelle en 1968 devient président aussi. Erwitt utilise le langage privilégié de l’instantané pour composer un conte visif dont résulte toute l’ironie d’un univers congelé en poses bizarres, mais aussi l’inattendue perfection formale qui peut arriver dans le cas.