Le Ferdinand, Musée des Fortifications et des Frontières

Sur une surface de plus de deux mille mètres carrés le Fort de Bard ouvre un nouveau fascinant parcours historique: le Ferdinand, Musée des Fortifications et des Frontières.
 
Situé dans l’Ouvrage Ferdinand, au premier niveau de la fortification, le musée propose un voyage captivant à travers l’évolution des techniques de défense, des systèmes de siège et du concept de frontière.
Vue la nécessité de donner plusieurs clés de lecture historiques du site et du Fort, s’est rendu nécessaire d’élargir – dans le temps et dans l’espace – cet itinéraire de connaissance, inscrivant la configuration de la forteresse du XIX siècle dans l’histoire à longue durée des systèmes de fortification, dans un cadre de lecture des Alpes tels que limite, obstacle, barrière naturelle, frontière mobile, terroir et ligne de confin politique habité et vécu, traversé et parcouru, défendu et fortifié.
 
Le musée se développe dans trois secteurs: le “Musée du Fort et des Fortifications”, “Les Alpes fortifiées (1871-1946)” et “Les Alpes, une frontière?”.
La première partie, le “Musée du Fort et des Fortifications”, montée dans l’Ouvrage Ferdinand Supérieur présente une série de décors historiques enrichis par de maquettes, de vidéos et d’armes originelles, avec un parcours narratif qui met en évidence l’évolution des forteresses des Alpes Occidentales à travers l’évolution des armes et des stratégies militaires, des matériaux et des techniques de construction, à partir de l’époque romaine pour arriver jusqu’aux nouvelles solutions architecturales et balistiques du XX siècle. La visite permet un apprentissage rapide: le spectateur est propulsé dans l’époque de chaque salle, par la reproduction cinématographique de célèbres séquences de films qui présentent des scènes de guerre, de l’autre côté grâce à l’apparat explicatif, enrichi par la cartographie de l’époque et contemporaire et par les scènes recréés avec des armes et des reproductions à l’échelle de sections de murs et de fortifications.
 
La deuxième partie du musée, “Les Alpes Fortifiées (1871-1946)” est dédiée aux transformations arrivées entre la fin du XIX et le début du XX siècle, insère le Fort de Bard à l’intérieur du système des forteresses du 800, reproposant des modèles à l’échelle et des reproductions de scènes, qui ont le but de mettre en évidence non seulement les caractères considérés les plus représentatifs des fortifications de l’arc alpin, mais cherchant aussi de rendre protagonistes les Alpes elles-mêmes, théâtre d’une évolution technologique qui les a portées a devenir “la frontière d’Italie”. Il s’agit d’un conte sur l’évolution des forteresses à travers l’évolution des armes, et vice versa. Le changement des matériaux et des techniques de construction, le graduel épaississement des murs, la collocation des forts dans des lieux toujours plus dominants, l’évolution des méthodologies stratégiques et des solutions architecturales, tout ça est constamment reconduit aux capacités offensives de l’ennemi, donc à la possibilité de faire brèche de la part des armées assiégeantes.
Le thème de la montagne militarisée est représenté dans les sections dédiées à la Première et à la Deuxième Guerre Mondiale et à la Résistence, toujours enchérissant sur l’effet évocatif confié à la multimédialité.
 
La troisième et dernière partie nous pose une question – “Les Alpes, une frontières?” – avec le but de mettre le visiteur en condition de réfléchir sur le parcours accompli et sur le sens à donner au terme frontière: confin ou barrière? Obstacle ou trait d’union?
De cette façon il va se créer un parcours expositif qui transmet une vision complexe et structurée non seulement du Fort de Bard, mais aussi du contexte historique, social, culturel et géopolitique parmi lequel il est inséré dans les différentes époques historiques.
 
A intégrer ce thème les salles de l’Ouvrage Ferdinand offriront du 30 avril au 26 novembre 2017 la première mondiale de l’exposition Paolo Pellegrin. Frontiers qui témoigne, à travers les intenses photos du célèbre photojournaliste de Magnum Photos, le drâme des voyages de l’espoir des milliers de migrateurs qui s’enfuient à la recherche d’un meilleur avenir: l’orreur des traversées de la Mer Méditerranée, l’expérience des débarquements et du séjour dans les centres d’accueil.

 

 
 
 
 
  • PARTNERSHIP